Optimisation des coûts

Seule une habitation abordable est socialement durable

L’abordabilité forme une composante essentielle de la construction durable. Si une habitation n’est pas abordable, elle ne sera également pas socialement durable.

Dans Le Quartier Durable, ce thème bénéfi cie dès lors de l’attention nécessaire. L’abordabilité constitue un point d’attention à chaque phase du processus de conception et de construction. Chaque décision aura un impact sur le prix de revient. Cela commencera par le choix et l’emplacement du terrain à bâtir, l’implantation des habitations sur le terrain, la méthode de construction, le choix des matériaux et des techniques.

Dans cette optique, faire le choix d’une construction massive abordable avec des matériaux céramiques signés Wienerberger dotés d’une longue durée de vie constituera un choix optimal en terme de coûts mais aussi durable.

Les terrains à bâtir sont rares et donc précieux

Pour Le Quartier Durable, on a choisi d’insérer des habitations couplées au sein d’un contexte urbain, sans faire de concessions en matière d’intimité, de verdure et d’espace. Les prix des terrains dans les villes sont élevés. En limitant la part de terrain par habitation, en association avec un jardin commun de qualité et des infrastructures à proximité, l’impact du prix de revient du terrain sur le prix de vente total restera acceptable.

La proximité d’infrastructures permettra d’économiser de coûteux kilomètres

Le Quartier Durable est situé à deux pas de toute une série d’infrastructures et d’arrêts pour les transports publics. Ce qui réduira fortement le nombre de déplacements nécessaires en voiture. Les ménages pourront ainsi épargner sur l’achat ou l’utilisation d’une voiture.

Un jardin commun aux coûts d’entretien limités

Dans Le Quartier Durable, la végétation du grand jardin commun a été étudiée de manière à se développer le plus naturellement possible et ainsi exiger le moins d’entretien possible. Autre avantage bienvenu: ce choix favorisera également la biodiversité. Ou comment écologie et économie peuvent aller main dans la main.

Réaliser des économies sur la facture d’eau grâce à des appareils économiseurs d’eau et à la récupération de l’eau de pluie.

On ne s’en rend pas toujours compte, mais l’eau devient une denrée rare. C’est pourquoi seront installés dans Le Quartier Durable uniquement des appareils sanitaires et robinets économiseurs d’eau. A côté de cela, on accordera beaucoup d’attention à la réutilisation de l’eau de pluie, récoltée via les toitures en pente. Ce qui fera baisser la consommation d’eau de distribution. Des économies qui ne feront que gagner en importance à l’avenir.

Une habitation durable est confortable, dure longtemps et nécessite peu d’entretien

Le choix de la méthode de construction et des matériaux est très important.
Pour Le Quartier Durable, le choix s’est porté sur une construction massive traditionnelle, bien connue des entrepreneurs belges, ce qui profitera ainsi au prix. Associée au confort, à une longue durée de vie et à de faibles coûts d’entretien, la construction massive traditionnelle s’avère la meilleure solution pour Le Quartier Durable au niveau du prix de revient.
Plus les matériaux ont une longue durée de vie, moins ils exigent d’entretien et de réparations, plus le prix de revient des habitations sera intéressant à terme. Dans Le Quartier Durable, on a choisi des matériaux céramiques de Wienerberger dotés d’une longue durée de vie et nécessitant un minimum d’entretien.

Un concept intelligent rend superflues les techniques et interventions coûteuses, et entraîne une baisse de la facture d’énergie

Des choix intelligents lors de la phase de conception entraîneront un monde de différences a posteriori. Depuis le processus de conception, on a accordé l’attention nécessaire à l’accouplement des habitations. Les toitures en pente contribuent à un degré de compacité optimal et créent un volume intérieur maximal pour un coût de construction minimal.
 
Une habitation doit bénéficier de suffisamment de lumière du jour. Il sera ainsi moins nécessaire de recourir à l’éclairage et les occupants pourront économiser sur leur consommation d’électricité.
 
L’usage judicieux d’une construction massive bien isolée permettra d’éviter des fl uctuations de température importantes. L’implantation réfléchie des habitations garantira un maximum de gains solaires en hiver. Les auvents élaborés de façon architecturale empêcheront en outre le soleil de pénétrer à l’intérieur en été, pour ainsi éviter toute surchauffe. Rendant dès lors superflu tout système de climatisation coûteux.
 
Au Quartier Durable, on a délibérément opté pour des solutions robustes exigeant peu d’entretien. Le concept “Basse Energie+” se base sur une enveloppe extérieure à isolation poussée, associée à une étanchéité à l’air abordable et performante. Différents scénarios pour produire de l’énergie renouvelable ont été étudiés. Nous vous renvoyons ici au septième pilier (construction écoénergétique). Un choix optimal en termes de coûts des installations techniques ainsi que de la manière de produire de l’énergie renouvelable réduira tant les coûts d’investissement que les coûts d’entretien et la facture d’énergie annuelle.

Une maison écoénergétique et durable conserve sa valeur, également après de nombreuses années

D’ici quelques années, tout le monde devra construire des maisons NZEB (Nearly Zero Energy Buildings). A côté de cela, la construction durable gagne du terrain. Construire aujourd’hui selon les huit piliers du Quartier Durable, c’est construire pour l’avenir. En 2020, les habitations du Quartier Durable seront encore conformes aux normes NZEB les plus strictes. C’est là une garantie que ces habitations conserveront leur valeur.

Le projet de Waregem: le prix de vente par rapport à une maison E60

Le graphique ci-après représente la répartition du prix de revient total d’une habitation d’angle du Quartier Durable. Celui-ci fait une distinction entre le prix de vente effectif de l’habitation, le carport et les aménagements extérieurs, la part de terrain et le montant des droits d’enregistrements ainsi que la TVA.

Ce prix de revient total est comparé au prix de revient d’une maison E60 analogue.
Il faut ici faire remarquer que le promoteur a réussi à conserver des coûts de construction optimaux pour ce projet pilote.
Elément plus important que les chiffres absolus, qui sont évidemment liés au projet, on constate que les coûts supplémentaires pour l’habitation d’angle selon le concept du Quartier Durable s’élèvent à environ 6% par rapport à une maison E60 comparable. Et ce pour une habitation qui, en 2020, sera encore conforme à la défi nition d’une maison Nearly Zero Energy Building placée dans le concept plus large de la construction durable.

 

Les coûts de construction proprement dits (hors TVA) pour les habitations (carport, aménagements extérieurs et terrain non-compris) s’élèveront pour le projet de Waregem à 1.209 euros/m² pour une habitation 3 façades et 1.090 euros/m² pour une habitation mitoyenne.